Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 05:42

Un athée est aussi inconséquent qu'un croyant dogmatique. En toute logique, ce qui demeure inexpérimentable (l'après-vie) constitue une infinité de mondes possibles. Mais l'athée sélectionne arbitrairement l'une de ces possibilités (le néant, le non-monde) et la pose dogmatiquement, faisant fi de toutes les autres possibilités - comme s'il avait fait l'expérience de cette après-vie (absurdité d'autant plus flagrante qu'il s'agirait alors d'une expérience du néant) ! De même, le croyant dogmatique, tout aussi absurdement, sélectionnera arbitrairement une autre infime possibilité (immortalité de l'âme auprès de Dieu) et la posera avec certitude.

Néanmoins ce second type est le plus souvent reconnu comme étant l'illuminé de service, là où le premier (l'athée) aurait, dit-on, l'esprit critique de son côté... Foutaises! L'un et l'autre se ressemblent plus qu'on ne le croit : ils ferment l'un et l'autre la perspective, sans aucune distance critique (surtout : ils manquent cruellement de créativité et de fantaisie). Ils stérilisent ou neutralisent l'imagination, laquelle, autorisée d'ailleurs dans ce mouvement par la logique même, devrait pouvoir s'épanouir à se figurer indéfiniment toutes ces potentialités envisageables, en nombre infini, de l'après-vie (n'excluant de ce fait ni le néant ni l'âme immortelle, ni même la réincarnation ou autres lubies eschatologiques, mais les comprenant ensemble comme des infimes possibilités parmi une multitude d'autres, tout aussi enchanteresses, absurdes, tout aussi envisageables ou cohérentes). L'agnosticisme, compris comme une ouverture des perspectives sur l'après-vie, sera le point de vue le plus réfléchi et le plus critique, s'abstenant de toute affirmation définitive, mais n'excluant pas les dérives d'une réflexion indécise.

Au fond, le croyant dogmatique comme l'athée veulent régler une bonne fois pour toute la question de la mort, pour éviter d'avoir à y penser. C'est une forme de fuite un peu lâche "Ne chantez pas la mort, c'est une idée morbide", nous disent-ils. La mort est une compagne mystérieuse, aimons-la pour ce mystère, au lieu de lui en tenir rigueur, la figeant, la craignant, ou la haïssant.

Partager cet article

Repost 0
Published by ben - dans Métaphysique et ontologie

Présentation

  • : benoitbohybunel
  • benoitbohybunel
  • : philosophie
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens