Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 05:56

Un compositeur créant un nouveau style nous fait voir, sentir, comprendre le monde différemment. Il produit une nouvelle vision du monde pour ses auditeurs.
Debussy nous aura appris que la vie est un fait infiniment légendaire et mystérieux, profond, tellurique et enveloppé de miraculeux. Sa musique modale n'est plus narrative mais suggère l'entrelacement de thèmes distincts quoique fondus au sein de l'unité d'une même intention, d'une même Stimmung sereine et apaisée, et ainsi elle revoie à toute une variété d'instincts ici représentés qui ne se font plus la guerre mais se composent et se recomposent, par jeu.
La musique nous permet d'habiter le monde d'une certaine manière, et détermine notre engagement dans le monde. Le sentiment océanique qu'elle provoque, sentiment de fusion, en fait l'art le plus puissant, mais aussi le plus dangereux. Il y a une portée politique au moins médiate de toute musique conséquente. Ainsi Wagner, qui nous suggère la sublimité romantique absolue et le vacarme pathétique, conditionne un engagement dans le monde potentiellement extatique, celui d'un adolescent trop enthousiaste qui veut dévorer le monde. On n'insiste pas assez sur le fait que Hitler fut fasciné par Wagner, et que son esthétique nazie, partant sa politique nazie, fut surdéterminée par une vision du monde qui fut bâtie, entre autres choses, par l'audition des opéras de Wagner.
Un individu viril, homme ou femme, qui s'engagerait politiquement d'abord en tant qu'auditeur de Debussy, serait certainement incapable d'avoir des vues tyranniques ou totalitaires. Qui médite intensément une musique purement apollinienne a su voir le monde sans excès d'excitation, et le voudra certainement lui-même plus calme, tout simplement.

Partager cet article

Repost 0
Published by ben

Présentation

  • : benoitbohybunel
  • benoitbohybunel
  • : philosophie
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens