Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 14:57

A propos de Postone, « Antisémitisme et national-socialisme »[1].

 

La réaction romantique et nationaliste-bourgeoise aux crises induites par le capitalisme se mondialisant consiste souvent à revaloriser la dimension « concrète » de l’économie marchande. Les idéologues nationalistes qui déplorent la « dissolution » des traditions nationales et de la culture nationale, ou encore du « tissu social » national, dénonceront la dimension abstraite de la structure marchande (valeur d’échange, travail abstrait, argent) au nom de la défense de sa dimension concrète (valeur d’usage, travail concret, particularismes culturels et nationaux). Ils semblent eux aussi de ce fait « critiquer » le fétichisme marchand : ils déplorent le fait qu’une « seconde nature » unidimensionnelle, abstraite, soumise au calcul et à la quantité, se surajoute à la société « concrète », pour la « dominer ». Mais en réalité, ils sont eux-mêmes des fétichistes éminents, pour deux raisons :

  • ils tendent à personnifier cette dimension abstraite de la structure marchande, en assignant « le » Juif, une hypostase elle-même idéologique, à l’abstraction de la valeur (travail abstrait, argent, finance) ;
  • ils idéalisent la dimension « concrète »-nationale du capitalisme, en voulant la « préserver », alors qu’elle est elle-même déjà une abstraction, indissociable de l’abstraction de la « seconde nature » qu’ils tentent de critiquer confusément (par exemple, la valeur d’usage ou le travail concret sont eux-mêmes déjà des abstractions capitalistes, qu’on ne peut dissocier de la valeur et du travail abstrait, lesquels sont donc les abstractions d’abstractions).

L’antisémitisme est structurel dans la modernité, de même que le conspirationnisme antisémite, de ce fait : puisque la dynamique du capitalisme est une dynamique de crise (la valeur tend à se dévaloriser au fil des révolutions technologiques, et à recourir toujours plus au capital fictif), puisque ces crises suscitent des réactions nationales désireuses de « préserver » le côté « concret » (idéalisé) des économies nationales, et puisque ces réactions nationales tendent historiquement à personnifier le côté abstrait du capitalisme global en assignant « le » Juif à cette dimension abstraite, jusqu’à aujourd’hui, alors l’antisémitisme est bien une structure politique indissociable de la modernité, laquelle développe une dialectique entre mondialisme abstrait et réactions particularistes nationales (les deux faces d’une même pièce), qui n’est rien d’autre qu’une logique de la destruction.

 

[1] Postone, Marx est-il devenu muet ?, L’Aube, 2003

Partager cet article

Repost 0
Published by ben

Présentation

  • : benoitbohybunel
  • benoitbohybunel
  • : philosophie
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens