Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 16:34

Solipsiste

Ne te méprends pas trop, j'occulte ta conscience et ta vie,
Je suis le solipsiste dogmatique sadique et cynique.

Ne t'éprends pas trop gros du culte rance de l'envie,
J'exècre l'ironique engeance, le troupeau pathétique.

Suspends l'alter ego qui pense en toi de ton avis,
J'étreins la solitude unique idyllique et clinique.

Ne te mens pas, l'écho de l'innocence des ravis,
Annonce l'aphasique atrophie du plaisir physique.

Et n'oublie pas trop tôt que ta science et ta poésie
Etiquètent une éthique inique éthylique et typique.

Surprends à temps ces mots qui pansent les maux de la vie :
« Nique la panique érotique attachée à la survie. »

J'attends de voir cet homme qui saura décliner,
Je suis l'idéaliste étrange qui ne peut que nier,

J'envisage une somme que nul ne saurait diviser,
Mais cette piste arrange ceux que je ne peux que conchier,

J'aimerais croquer la pomme jusques à satiété,
Mais votre exorcisme atomise toute vie affirmée,

Je devrais faire un somme pour plus jamais me réveiller,
Mais le rêve ironiste c'est votre société.

Ne prétends pas mon beau que ton errance est un paradis,
En toi je reconnais le désespoir métaphysique.

Je n'm'étends pas mais faut qu'tu saches que ta mine épanouie,
Reflète l'illusion d'un adolescent acritique.

Je n't'apprends poteau que ta vie est une hypocrisie,
Ce pourquoi tu systématises la fonction phatique.

Tu tends vers le zéro quoique ta chance est d'être un petit,
Un petit mec en toc qui s'ignore étron apathique.

Déprends-toi de ce lot qui fait que ton épiphanie,
Se résume à la lassitude d'une basique plastique.

Surprends à temps ces mots qui pansent les maux de la vie :
« Nique la panique érotique attachée à la survie. »

J'attends de voir cet homme qui saura décliner,
Je suis l'idéaliste étrange qui ne peut que nier,

J'envisage une somme que nul ne saurait diviser,
Mais cette piste arrange ceux que je ne peux que conchier,

J'aimerais croquer la pomme jusques à satiété,
Mais votre exorcisme atomise toute vie affirmée,

Je devrais faire un somme pour plus jamais me réveiller,
Mais le rêve ironiste c'est votre société.

 

Désobstrue

Désobstrue,
La réverbération :
Ontologique,
Faut qu’tu la niques.

Tu l’as perdue de vue,
Cette assimilation :
Ontique,
C’est pathétique.

Erotomane,
Ton foutre sur l’étant,
Gicle de ton œil,
Aveugle tu le prends.

Ce qui se fane, 
Lorsque tu le surprends,
Si tu le cueilles,
Tu deviens méprisant.

Tu pues l’anu(s),
Avec tes intentions
Analytiques, 
T’as trop la trique.

J’tai mis à nu,
Modère tes prétentions
Systématiques,
J’crois qu’t’as plus la trique.

Erotomane,
Ton foutre sur l’étant,
Gicle de ton œil,
Aveugle tu le prends.

Ce qui se fane, 
Lorsque tu le surprends,
Si tu le cueilles,
Tu deviens ignorant.

Le fond n’est pas là-devant,
Mais ton foutre sur l’étant,
Dans ton cul va t’le mettre,
Ce putain d’sens de « être ».

Le fond n’est pas un « je pense »,
Fondu dans l’indifférence.
Désobstrue la tradition,
Ose la répétition,
Désobstrue la tradition, 
Ose la répétition.

Erotomane,
Ton foutre sur l’étant,
Gicle de ton œil,
Aveugle tu le prends.

Ce qui se fane, 
Lorsque tu le surprends,
Si tu le cueilles,
Tu deviens méprisant.

 

BBB

Surhomme, j'envoie une flèche de nostalgie vers toi

Surhomme avec mon aigle et mon serpent

Je sais déjà que tu seras présent

Zara, tu descendis de la montagne, pourquoi ? 

Pourquoi ?

Zara, cette coupe pleine veut déborder

Veut se vider, décliner

Tout c'tralala, Zara tout c'tralala

Tout c'tracas, Zara tout c'tracas

Danser la vie,

Souffrir aimer mourir

Parce que c'est la vie, parce que c'est ton devenir...

Enfance, j'envoie le lion vers ta puissance

Vers toi l'innocence, d'enfance

Cette coupe pleine veut déborder

Veut se vider, décliner

Ivresse, folie jetée par-delà la détresse

Pénètre mon coeur de ta promesse

Avec mon aigle et mon serpent je sais déjà 

Que tu seras présent...

Tout c'tralala, Zara tout c'tralala

Tout c'tracas, Zara tout c'tracas

Danser la vie,

Souffrir aimer mourir

Parce que c'est la vie, parce que c'est ton devenir...

BBB

Partager cet article

Repost 0
Published by ben

Présentation

  • : benoitbohybunel
  • benoitbohybunel
  • : philosophie
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens